Logo Vannes

La patrimoine naturel

arbres et foret morbihan

Les arbustes des Landes de Lanvaux

En botanique, la hiérarchie est bien établie entre les essences. L’arbre est une plante à tige unique dont la taille adulte dépasse 8 m. L’arbuste est de taille inférieure. Les landes de Lanvaux et ses sous-bois abritent une multitude d’arbustes. Voici quelques unes des essences présentes :

Le houx (Ilex aquifolium)

Sa présence est régulière dans les landes de Lanvaux. C’est un arbuste bien connu par ses feuilles persistantes piquantes et ses fruits rouges très utilisés pour la décoration des tables de Noël par exemple. Le houx commun est un arbuste à croissance très lente, à port buissonneux, dont la taille adulte est généralement de quatre à six mètres (malgré certaines exceptions). Le houx peut vivre jusqu’à 300 ans et au-delà. Son écorce est gris pâle et lisse. Les fruits, qui n’apparaissent que sur les pieds femelles, sont de petites drupes sphériques de 7 à 10 mm de diamètre, d’un rouge éclatant, parfois jaunes, à maturité, qui contiennent quatre noyaux, enserrant une graine lignifiée. Ces fruits qui murissent en fin d’été sont toxiques. Ils persistent tout l’hiver. Attention ! le fruit est fortement toxique et contient un alcaloïde qui provoque vomissement et maux d’estomac. Depuis la nuit des temps, il est le symbole des fêtes religieuses et païennes.

Le genevrier (Juniperus communis)

Cet arbuste est le seul conifère indigène non arborescent de Bretagne. On le rencontre ici surtout aux abors des tourbières. La taille peut varier de 4 à 10 m maximum.  Les feuilles sont persistantes, en aiguilles très piquantes, et présentent une épaisse bande blanche de stomates à la face supérieure.   Le fruit est un cône à l’apparence de baie, indifféremment appelé « genièvre » ou « baie de genevrier ».

Le noisetier (Corylus avellana)

C’est un arbuste et non un arbre comme on l’entend trop souvent. Sa taille varie de 3 à 8 m de haut et il possède plusieurs tiges, ce qui le différencie déjà de l’arbre qui ne possède qu’une tige appelé « tronc ». On dit qu’il est « multigaule » et peut posséder jusqu’à une douzaine de tiges. On retrouve le noisetier dans les bois de façon régulière et tout le monde connait son fruit convoité : la noisette ! Son bois est souple et servit dans la vannerie mais aussi la fabrication de cannes et de traverses. Il est également un des bois préférés des sourciers. On le trouve plus aisément en lisière de forêt, dans les taillis.

L’aubépine (Crataegus)

C’est un arbuste épineux appartenant à la famille des Rosacées. On la surnomme aussi « épine blanche ». Il est très difficile de repérer l’essence précise d’aubépine à laquelle nous avons affaire, vu la facilité d’hybridation entre espèces. Les fleurs sont utilisées comme hypotenseur, antispasmodique et sédatif. Les feuilles sont en revanche tonicardiaque. Il est donc préférable de ne pas mélanger feuilles et fleurs dans une même infusion ou tisane.   On dit que la foudre ne l’atteint jamais.

La bourdaine (Frangula dodonei)

Cet arbuste préfère les sols bien humides. Il atteint entre 2 et 6 m de haut. On la retrouve en lisière de bois ou dans les clairières. L’écorce du tronc est caractéristique, grise, à intérieur pourpre taché de lenticelles claires.   Les rameaux souples portent des feuilles alternes pétiolées, ovales, d’un vert terne pour le dessus et luisant pour le dessous. Les fleurs, petites et verdâtres et dont la floraison s’étale d’avril à juillet, donnent des fruits globuleux d’abord verts puis rouges et enfin noirs à maturité. Ils sont alors frais, juteux, un peu sucrés mais toxiques.

L’osmonde royale

C’est une grande fougère en touffe pouvant faire près de 1.5 m de diamètre, de couleur vert clair. Les frondes peuvent atteindre 2 m de long. Chaque printemps, la fougère royale renaît des bourgeons de sa tige souterraine.En été, les frondes issues du même pied portent côte à côte des feuilles à sporanges et des feuilles stériles. Celles portant les sporanges, plus trapues et épaisses, sont granuleuses. Alors que les pennes stériles demeurent à la base, la partie fertile de la feuille avec ses panicules dressés au sommet, légers, d’une jolie couleur beige rosé, simule si bien une inflorescence qu’on appelle parfois l’osmonde « fougère fleurie ».On la retrouve principalement ici dans les milieux tourbeux, donc à forte humidité : marais, tourbière.C’est une plante protégée que l’on trouve à proximité des aulnes, en bordure de ruisseaux et même de rivières.

Le fragon

Cette plante vivace appelée également « petit houx » est assez courante dans les sous-bois des landes de Lanvaux.Il forme un buisson dense de 50 cm de haut fait de tiges dressées et raides, recouvertes de stries longitudinales en relief.Ce qui apparaient comme des feuilles persistantes et rigides, terminées par une épine pointue sont des cladodes (car non issus d’un bourgeon et qui portent des fleurs puis des fruits)Les fruits sont de belles baies rouges, très ressemblantes à celles du houx, mais non comestibles également !

Orchis

Ce sont de petites orchidées sauvages que l’on trouve dans les tourbières ou marais. La plante mesure de 10 à 20 cm de haut et se reconnait par l’aspect tâcheté de ses feuilles.Les fleurs varient du blanc au rose. Les orchis pourpre ne sont pas présentes en Bretagne.

La menthe des champs

C’est une plante des zones humides et lieux frais, près des eaux douces. On la retrouve ici dans les tourbières et marais.C’est une plante vivace rustique à port rampant et au feuillage aromatique.Comme toutes les menthes, elle a des propriétés aromatiques et des propriétés digestives (ballonnements, lourdeurs, etc.)Elle est comestible. On peut aussi facilement trouver la menthe odorante qui a la particularité de posséder une sorte de duvet sur ses feuilles. Elle pousse en prairie humides, mais aussi bords de chemins ou de ruisseaux.

libero. id luctus suscipit Sed massa Praesent consectetur ante. accumsan mi, nec