Logo Vannes

Visiter l'île mégalithique de Gavrinis

L’île mystérieuse aux gravures étranges encore inexpliquées.

Gavrinis

Embarquez pour l’île de Gavrinis et découvrez un site mégalithique d’exception. Unique point d’intérêt de l’île, le cairn de Gavrinis promet une visite à la fois intimiste et contemplative. En pénétrant à l’intérieur du dolmen, vous serez subjugué par les gravures mystérieuses de la « chapelle Sixtine du Néolithique ».

Une île mystérieuse à Lamor-Baden 

Située à l’entrée du Golfe du Morbihan, non loin de l’embouchure, Gavrinis est l’une des quatre îles de Lamor-Baden avec Berder, Sept Iles et l’île de la Jument. Elle est accessible uniquement dans le cadre des visites guidées du cairn de Gavrinis, monument mégalithique exceptionnel du Néolithique.

Gavrinis, une île privée et publique 

L’île de Gavrinis est formée par un rocher granitique de 750 m de long et 400 m de large. La partie sud abrite le mystérieux monument funéraire et appartient au Département du Morbihan. L’autre moitié de l’île demeure une propriété privée appartenant au producteur de cinéma Pierre-Ange Le Pogam depuis 2006. C’est pourquoi seuls le cairn et ses abords immédiats sont accessibles au visiteur. 

Comment venir à Gavrinis ?

Pour rejoindre l’île de Gavrinis et visiter son cairn, on embarque en vedette au port de Lamor-Baden. La traversée dure une quinzaine de minutes. Un guide vous accompagne ensuite depuis la cale de Gavrinis jusqu’au site mégalithique pour une visite guidée d’une heure et demie. D’autres départs sont aussi proposés depuis Port-Navalo, Locmariaquer et Vannes selon la saison.

Le cairn de Gavrinis

Monument historique propriété du Département du Morbihan, le cairn de Gavrinis demeure un site mégalithique unique au monde célèbre pour la profusion et la qualité de ses décors gravés. L’édifice est même en cours d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Qu’est-ce qu’un cairn ?

Un cairn à l’époque du Néolithique est un tumulus de terre et de pierres recouvrant des sépultures mégalithiques. En arrivant sur l’île, vous n’apercevrez donc qu’une simple butte. Pourtant, au-dessous de celle-ci se cache l’entrée d’un immense dolmen.

Les vestiges d’un site funéraire du Néolithique

Édifié en pierres sèches il y a plus de 6000 ans (bien avant les pyramides d’Égypte), le cairn de Gavrinis mesure plus de 50 mètres de diamètre et 6 mètres de haut. Il présente un volume global de 6600 m3. Il recouvre un dolmen à couloir de 14 mètres de long et 1,50 mètre de large. Au bout de ce couloir se trouve une chambre funéraire presque carrée de 2,50 mètres de côté.

Découvrir les parois gravées du dolmen 

Le dolmen est formé par un assemblage titanesque d’une cinquantaine de dalles de pierre juxtaposées. La plus importante recouvre la chambre funéraire et pèse autour de 17 tonnes. Le couloir qui y conduit se compose de 29 dalles de pierres dressées dont 23 sont gravées de dessins. En pénétrant à l’intérieur du cairn, vous serez forcément subjugué par l’esthétique monument. 

Ces dessins étranges demeurent une énigme pour les archéologues

Les décors sculptés présentent des formes tout aussi étranges que mystérieuses. On y trouve des courbes et des lignes droites, des spirales, des cercles concentriques ou encore des zigzags. Chaque paroi arbore différents motifs piquetés et gravés offrant une multitude de combinaisons. On retrouve également des haches et serpents gravés dans la pierre.

Si de nombreux chercheurs se sont penchés sur le chevet de Gavrinis, la signification de ces gravures datées de 3700 av. J.-C. demeure toujours un mystère. 

Ces dessins étranges restent une énigme pour les archéologues

Certaines gravures ont été identifiées comme étant des écussons, des lames de hache ou des flèches. Une vaste étude tente actuellement de percer les mystères de ces lignes…  Ces figures s’articulent entre elles et leurs contours démultipliés composent une véritable oeuvre d’art dont les archéologues n’ont pas encore percé tous les secrets. Certains artistes s’en sont fait les interprètes. William Turner, Henri Moore, Tal Coat, Richard Long, Albert Goezt, Janos Ber sont de ceux qui se sont inspirés des expressions graphiques de Gavrinis…

Un parcours ludique avec Baludik

Avant d’embarquer pour l’île de Gavrinis, penser à télécharger l’application Baludik sur votre smartphone. Elle permet aux enfants de suivre un parcours ludique sous forme de jeux et d’énigmes en compagnie de Fanch, Lili, Zach et Pitchou ! En arrivant sur le site, il suffit de flasher le QR code d’accès au jeu à la boutique.

Les origines de Gavrinis

À l’époque de la construction du cairn vers 3500 ans avant notre ère, l’île de Gavrinis était encore rattachée au continent. Autrefois cultivée, l’île a même accueilli un monastère de templiers. 

Quelle est la signification de Gavrinis ?

Le nom de Gavrinis est souvent interprété comme un nom dérivé du breton gavr, « chèvre », et enez, « île » qui signifierait « l’île de la chèvre ». Mentionnée dans un document de 1202 sous le nom Guerg Enes en vieux breton, son nom voudrait plutôt dire l’île « travaillée » autrement dit l’île aux champs cultivés.

La découverte du cairn en 1832

Bien que le site soit déjà connu dès le Moyen Âge, le chanoine Mahé livre en 1825 dans son Essai sur les Antiquités du Morbihan une première description du cairn : « un cratère au fond duquel une ouverture permet d’accéder à une cavité ». 

Monsieur Cauzique, nouveau propriétaire de l’île entreprend en 1829 de défricher les terres pour y installer une ferme agricole. Au cours des travaux, il dégage le tumulus et accède par cette profonde cavité à la chambre du dolmen. 

Les fouilles archéologiques à Gavrinis

Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques et travaux de restauration se sont déroulées sur le site de Gavrinis entre 1835 et 1995.

Personnage illustre

L’écrivain Prosper Mérimée fut, en sa qualité d’Inspecteur général des Monuments historiques, l’un des premiers visiteurs de Gavrinis en 1835. Il commentait : « Outre sa situation souterraine, ce qui distingue le monument de Gavrinis de tous les dolmens que j’ai vus, c’est que presque toutes les pierres composant ses parois sont sculptées et couvertes de dessins bizarres. Ce sont des courbes, des lignes droites, brisées, tracées et combinées de cent manières différentes… ».

En 1835 commencent les premières fouilles archéologiques avec Prosper Mérimée pour dégager le dolmen intérieur et son couloir. Les recherches suivantes sont menées par Gustave de Closmadeuc de 1881 à 1884 puis Zacharie Le Rouzic de 1925 à 1927. Ce dernier réalise les premiers travaux de restauration du site vers 1930. 

En 1961, le Département du Morbihan rachète le monument. À partir de 1969, une série de fouilles et de travaux de restauration participent à une meilleure compréhension du site. Entre 1985 et 1995, l’ancien directeur des antiquités bretonnes Charles-Tanguy Le Roux conduit la mise en valeur du cairn de Gavrinis. 

La numération 3D du cairn

En 2011, débute une campagne de numérisation du cairn de Gavrinis avec les archéologues Serge Cassen du CNRS et Laurent Lescop de l’ENSA. L’objectif est de numériser les gravures de Gavrinis à l’aide d’une technologie laser et de photo modélisation afin de mieux les étudier.

En 2013, le cairn est entièrement numérisé, permettant une représentation en trois dimensions de la tombe. Il est le premier site mégalithique en France à bénéficier de cette technique qui facilite la création de visites virtuelles pour les endroits interdits au public.

La double enceinte mégalithique d’Er Lannic

L’île de Gavrinis réserve également un panorama unique sur la double enceinte mégalithique d’Er Lannic. Er Lannic qui signifie « petite lande » en breton est un îlot situé à 500 m au sud de l’île de Gavrinis à Arzon. L’ensemble souvent désigné comme des cromlechs (cercles de menhirs) présente deux alignements de pierres levées en forme de fer à cheval. En partie immergés, ils témoignent de la remontée du niveau de la mer depuis le Néolithique. 

Découverte en 1866, l’enceinte nord se trouve en partie sur la terre émergée de l’ilot, tandis que l’autre moitié est partiellement immergée. Elle est composée de 65 menhirs qui s’ouvrent vers le sud-est sur 62 mètres de diamètre.

L’enceinte sud est découverte plus tard en 1872 lors d’une grande marée. Cette partie est immergée en permanence et s’ouvre à l’est sur 60 mètres de diamètre. Elle est formée de trente de menhirs de 4 mètres de haut.

Classées monuments historiques, les enceintes mégalithiques d’Er Lannic ont été fouillées et restaurées par l’archéologique Zacharie le Rouzic au début 20e siècle. Le site a livré de nombreuses céramiques qui laissent penser à une occupation du site 4000 ans av. J.-C. et une édification des alignements autour 3500 avant J-C.

Une visite spéciale autour de cette double enceinte est proposée sous forme de visite jumelée avec le cairn de Gavrinis. L’îlot d’Er Lanninc n’est pas accessible au public, car il s’agit d’une propriété privée qui abrite une réserve ornithologique. Mais les hémicycles demeurent toutefois visibles en bateau et depuis différents points du golfe du Morbihan.

Le cairn du Petit Mont

Vous pourrez également compléter votre visite du cairn de Gavrinis avec celui du Petit Mont à Arzon. Ce dernier plus facile d’accès se trouve à l’extrémité de la Presqu’île de Rhuys. Situé à l’entrée du golfe du Morbihan, il offre un extraordinaire promontoire qui domine l’océan.

Le cairn du Petit Mont abrite en fait plusieurs dolmens dont les chambres funéraires sont accessibles par des passages couverts. L’ensemble de la structure mesure 60 m de long sur 46 m de large et 6 mètres de hauteur pour un volume total de pierres estimé à 10 000 m3 !

Si le site était occupé par les hommes du Néolithique, il a aussi été utilisé comme site stratégique à l’époque gallo-romaine puis lors la Seconde Guerre mondiale. La visite jumelée des cairns de Gavrinis et du Petit Mont permet de prolonger la découverte et la compréhension de l’architecture mégalithique.

Cairn du Petit Mont – Port-Crouesty, Arzon

Accès au Cairn de Gavrinis par bateau

Le site archéologique de Gavrinis est accessible par bateau en effectif limité au départ de :

  • Larmor-Baden : toute l’année
  • Port-Navalo : toute l’année
  • Vannes : en été
  • Locamariaquer : en été

Infos pratiques