Logo Vannes

Circuit du détour par le Port – Sarzeau

  • Durée : 2h
  • GPS : 02°47’590“ W 47°29’174“ N
  • Distance : 7.8 km
  • Départ : Départ de la capitainerie du Port Saint Jacques
  • Difficulté : Facile

Située entre deux baies sablonneuses, la Pointe Saint-Jacques vaut le détour. Son nom aurait pour origine, d’après la légende, le débarquement de Saint-Jacques venant d’Espagne. Longer le port et la côte en direction de l’est. Continuer sur la plage jusqu’au départ de l’impasse de la Côte (ce chemin est bordé de Saules), puis remonter jusqu’à la chapelle de Trévenaste : la chapelle de la frairie de Trévenaste, de style roman, a été construite en 1722 avec des pierres provenant du monastère des templiers de Saint- Jacques. Beau point de vue sur l’océan. Longer la chapelle jusqu’à la rue du Four, c’est une large allée au bout de laquelle on tourne à gauche pour emprunter un chemin creux, large de 3 mètres qui servait, il y a une quarantaine d’années au passage des charrettes.

Au bout de ce chemin, prendre en direction de la route de Saint-Jacques à traverser jusqu’au village de Kerguillehuic (chemin creux en breton). Attention : prudence, route très fréquentée. À la sortie du village tourner à gauche en direction du Tréhiat. Au Tréhiat prendre la route sur la gauche ou vous découvrirez sur la longère à votre droite, deux têtes sculptées. Aller jusqu’à la croix en métal et prendre le chemin à droite et le suivre jusqu’à la route de Saint-Jacques/ Saint-Gildas de Rhuys. Traverser cette route et prendre le chemin Hent Dirach juste en face. Continuer sur ce chemin. Tourner à gauche et prendre la première rue à droite : la rue du Teno. Vous tournez à gauche rue Hent Er Princ et rejoignez le point de départ.

       

LA POINTE SAINT-JACQUES

Autrefois à la pointe St-Jacques se trouvait un monastère appartenant aux Templiers. Les parties du monastère ont été peu à peu envahies par l’océan qui ronge cette côte schisteuse. Les rochers que l’on aperçoit en mer, à une assez grande distance, faisaient en 1780 partie de la terre ferme. En 1830, Amédée de Francheville relate les récits des anciens, qui se rappelaient y avoir fait paître leurs troupeaux dans leur enfance. La tour de l’église du couvent, ruine imposante d’une belle architecture gothique s’est écroulée dans la mer le 27 avril 1807. Les pêcheurs de Rhuys ont ainsi longtemps parlé d’une ville engloutie sur le plateau de St Jacques sur laquelle ils traînaient leurs filets. Au fond, les lignes crochaient l’église dont on entendait les cloches… Le ministre de la Marine approuva le 17 mars 1863 la construction d’un môle en maçonnerie destiné à former un port refuge pour les chaloupes de pêche. Ce fut l’origine du port que nous connaissons actuellement.

fringilla ut tristique eleifend dapibus id, eget sit