Logo Vannes

Rêver d’une île dans le golfe

Mer

26 mars 2021

La légende dit qu’il y aurait dans le Golfe du Morbihan autant d’îles que de jours dans l’année. En réalité, on en compte une cinquantaine dont deux communes, l’Île-d’Arz et l’Île-aux-Moines. Les autres sont pour la plupart des îles privées. Qui n’a jamais rêver de tout quitter pour vivre sur une île comme Robinson Crusoé ?

Prendre ses quartiers d’été sur une île privée du Golfe du Morbihan

Stibiden, Henn Tenn, Béchit, Boëdic, Iluric… : une quarantaine d’îles et îlots privés constellent la « Petite Mer ». Ces bouts de terre que l’on aperçoit depuis les sentiers côtiers, que l’on contourne en bateau ou en kayak de mer nous fascinent et nous intriguent. Ces îles sont-elles habitées ? Peut-on vivre au quotidien sur une île coupée du monde et pourtant si proche de la civilisation ?

Une logistique à toute épreuve

Bernard Pallard, propriétaire de l’île Creïzic et président de l’Association des Petites Îles de France confie que la vie d’insulaire n’est pas de tout repos. Si tous les propriétaires vouent une passion pour leur île, il leur faut s’adapter aux contraintes d’accès (bateau obligatoire !), composer avec les marées, pallier l’absence d’eau potable et d’électricité… 

« De notre domicile sur le continent à Creïzic, on transporte quatre fois les bidons d’eau », explique son propriétaire. Si la loi Littoral permet à tout à chacun de débarquer sur ces îles, l’exploration au-delà du sentier côtier n’est pas permise. Bernard Pallard assure que sur Creïzic, « les visiteurs sont plutôt respectueux ». L’insulaire engage d’ailleurs facilement la conversation avec les visiteurs de passage : « Partager, c’est aussi protéger ».

Acquérir une île dans le Golfe du Morbihan

Sur la quarantaine d’île privées que ce soit en totalité ou en partie, 27 îles du Golfe demeurent habitables. La plupart appartiennent toutefois aux descendants de familles autochtones qui en héritent de génération en génération. 

Parfois certaines sont mises en vente et rachetées par des célébrités comme l’île de Stibiden (prononcer «Chébdenn»), acquise en 1954 par l’actrice Danielle Darrieux. L’île de huit hectares où elle avait installé sa résidence secondaire appartient encore aujourd’hui à ses petits-enfants. L’île Berder quant à elle est rachetée en 2013 par un groupe immobilier pour y construire un hôtel de luxe.

Habiter une île privée accessible à marée basse

D’autres îles privées ont la particularité d’être accessibles à marée basse. Bien que cela facilite l’avitaillement des propriétaires, on y rencontre aussi davantage de visiteurs le long du sentier côtier : à chaque marée, le rêve est accessible à tous !

Tascon, une île privée habitée à l’année 

L’île Tascon qui s’étend sur 55 hectares compte six familles qui vivent sur l’île à l’année. La moitié du site appartient à une famille d’agriculteurs-éleveurs depuis cinq générations. Une route submersible de 400 mètres qui permet de gagner la terre ferme à Saint-Armel découvre entre quatre et cinq heures par marée. Un bon compromis pour s’échapper de la civilisation sans couper le cordon !

Berder, le paradis perdu du Comte Dillon

Reliée à Lamor-Baden par une chaussée submersible de 80 mètres, l’île privée de 23 hectares abrite désormais les vestiges de la luxueuse demeure de style mauresque du Comte Dillon. Qui n’a pas imaginé vivre au 19e siècle dans ce château entouré de palmiers et d’oliviers ? 

Arthur Dillon achète l’île Berder en 1879. Il transforme alors une petite maison en véritable palace avec cinq salles de bains, une salle de billard, un laboratoire photographique et une tour hexagonale de cinq étages pour offrir à sa femme la plus belle vue sur le Golfe du Morbihan ! Mais l’homme a la folie des grandeurs. Ruiné, il est contraint en 1920 de vendre son paradis à la duchesse d’Uzès pour 200 000 francs.

Vivre sur une île du Ponant

L’Île-aux-Moines, Arz, mais aussi, au large du Golfe du Morbihan, Houat, Hoëdic ou Belle-Île-en-Mer, font partie des « Îles du Ponant » : un regroupement de 15 îles et archipels qui s’étendent de la Manche et l’Atlantique, « là où le soleil se couche ». 

Ces petits paradis sont d’abord des lieux de vie pour toute une population insulaire : près de 16 000 personnes y résident à l’année, dont une centaine à Hoëdic, un peu plus de 200 à Houat et Arz, 600 sur l’île aux Moines, quelque 5 000 sur Belle-Île-en-Mer… 

L’Île-aux-Moines, la plus grande île du Golfe du Morbihan

L’île-aux-Moines compte 600 habitants à l’année sur une superficie de 310 hectares. Sur les 1200 logements bâtis sur l’île, 27% sont des résidences principales. Située à seulement 5 minutes en bateau du continent depuis Port-Blanc (Baden), l’île aux Moines bénéficie de liaisons maritimes quotidiennes qui assurent une facilité d’accès aux résidents comme aux visiteurs de passage.

L’Île-d’Arz, un chapelet de 8 îles et îlots

Surnommée l’île des capitaines, l’Île-d’Arz rassemble huit petites îles dont la principale est Arz qui s’étend sur 330 hectares et compte 200 habitants à l’année. Cette petite île est le paradis des amoureux de nature qui pourront facilement en faire le tour à pied. Les traversées maritimes se font depuis Port-Blanc en juillet et août et depuis Vannes ou Séné tout au long de l’année avec les bateaux-bus du Golfe.

ipsum mattis non Sed dolor. Praesent eget luctus felis dapibus sit